Manger en Thaïlande

Pas déçu du voyage culinaire en Thaïlande. On trouve partout et à toutes heures toutes sortes de plats, souvent sans mauvaise surprise.
Les portions sont généralement peu copieuses, les thaïlandais s’offrant plus de repas par jours qu’en europe.

Pad Thai
On trouve partout de ces nouilles frites accompagnées de légumes

Le riz n’est pas toujours fris lorqu’il est accompagné de viande et de légumes. Mais le résultat reste très bon.
Le coca à 20bath (45cents) soulage bien le portefeuille.

Les accompagnements sont infinis. Ici j’ai eu de la salade de papaye et du poulet mijoté en sauce piquante, sud de la thaïlande oblige.
Le tout accompagné de choux et de mini comcombre frais. Il parait que ce concombre sert à adoucir la bouche après tout ce piquant.

L’un des meilleurs mets que j’ai trouvé! Du riz gluant au sucre roux et à la noix de coco grillé au feu dans une feuille de bambou.
Légèrement caramélisé, ce riz est succulent.

“Légumes vides” sautés à l’ail et pimentés.

Les thaïs sont des experts en poulets fris. Le Kentucky peut se rhabiller.
Quand on a la chance de tomber sur un cuisinier qui utilise une panure aromatisée à l’ail, c’est le paradis gustatif.

Ces minis crèpes sont fourrées avec une meringue très légèrement cuite. Elle colle aux dents, mais c’est intéressant.
Ca m’a l’air d’être traditionnel pour les fêtes tel que le Lyo Krathong.

Un énième stand de brochettes et poulets fris parmis tant d’autres.

Cette omelette est très proche d’une galette bretonne en terme de texture. Et les huitres fraîches par dessus ne sont vraiment pas chères.

Les produits de la mer ne sont par contre pas tous donnés en Thaïlande et ces scampis de chinatown étaient plus alléchantes que fameuses

Soupe au lait de coco. Ca peut tout aussi bien arracher la gueule comme être extrêmement doux, celon la recette.

Champignons pânés fris. Dès que j’ai un accès à une cuisine je me fait ça avec une panure à l’ail.

Champignons enroulés de jambon pour être grillés au barbecue. A faire avec une vraie tranche de lard et ce serait une merveille.

Quelques sucreries correctes à base de coco et de riz.

Photo by restaurant-douvaine
Non malheureusement, ça, ça commence a sévèrement manquer…

XPeria for development on Linux

This small article gathers some useful tips for using a XPeria as the main test phone for android app developement, using a freshly installed Linux desktop.

adb

First thing first, install the Android developer tools with android studio.
Then add adb to the PATH.

1
2
3
4
5
sudo gedit ~/.bashrc

#Add these lines to the file with gedit
PATH=$PATH:/home/benoit/Android/Sdk/platform-tools/
export PATH

Devices steps

To develop, the device need to be reached by adb.
These steps concern the XPeria devices (tested at least on the M4 Aqua and the Z2).

  1. Go to Settings > About Phone > Click many times on “Build Number”
  2. Go to Settings > Developer options > Put “On” and USB debugging “on” too
  3. Go To Settings > XPeria Connectivity > USB Connectivity > Choose MTP as the USB Connection type

Linux steps

Adb will lack the required permissions to access the device. The steps to solve the problem are cpmmon.

1
2
cd /etc/udev/rules.d
sudo gedit 70-android.rules

Add this line to the file 70-android.rules:
SUBSYSTEM==”usb”, ATTR{idVendor}==”0fce″, MODE=”0666″

1
2
3
sudo service udev restart
adb kill-server
adb devices

Some websites proposes a useful list of idVendor to add the permissions to many devices:
https://github.com/faux123/ubuntu_udev_rules_4_android

XPeria for travelling developers

A la quête du smartphone idéal.

Il doit être conçu pour une utilisation outdoor:
Soit être résistant à l’eau, posséder un bon GPS et une bonne boussole, consommer peu et contenir une batterie solide. Etre résistant aux chocs et à la poussière est aussi important.
Mais, n’ayant pas envie d’acheter plusieurs smartphones, il doit être utilisable dans la vie moderne: fluide, compatible avec beaucoup d’application, utilisable pour développer et donc mis à jour régulièrement.

Smartphone outdoor: Kyocera Torque

Il existe de nombreux modèles de smartphones conçus pour une utilisation outdoor. Ils sont résistants aux chocs, à la poussière et à l’eau. La quasi totalité tourne sous android.

Les fabricants sont entre autre:
Kyocera, Motorola, …. [TODO]

J’ai pu utiliser un Kyocera Torque pour une randonnée en vélo de 4 jours. Ce smartphone se comporte à merveille, particulièrement concernant la consommation de la batterie et l’utilisation de son écran tactile même mouillé.

En l’utilisant dans un mode de vie citadin, pareil, rien à redire: fluide pas trop encombrant, toutes les applications disponibles, son prix est honnête.
Mais grand défaut: il n’a aucune mise à jour mis à part les corrections de bugs. Après avoir parcouru tout les concurrents, et bien il s’avère que tous suivent la même politique:
Un smartphone durçi ou outdoor sera quasiment toujours limité à la même version d’Android.

Ce n’est donc pas envisageable pour une utilisation par un développeur.

Smartphone résistants: XPeria M4 Aqua

Une autre gamme de smartphone pourrait donc convenir: les smartphones résistants, construits par des fabricants grands publics tel que Sony, Samsung, … Résistants à la poussière et à l’eau, ils le sont moins aux chocs.

J’ai donc acheté le XPeria M4 Aqua, pour un prix très intéressant, et j’ai eu l’occasion de tester le Xperia Z3. Tout deux sont semblables, le M4 ayant juste un meilleur format et une meilleure batterie l’air de rien.

  • Utilisation dévelopeur:
    Pas de solution sous Windows, ils ne proposent pas de drivers pouvant être utilisé par adb. Mais sous Linux, une simple manipulation suffit:
    http://blog.hithredin.eu/development/xperia-dev-setup/

  • Utilisation vadrouilleur:
    Ce smartphone est réellement résistant à l’eau: testé sous la mousson thaïlandaise et dans un torrent néo-zélandais. Par contre l’écran devient inutilisable, ce qui est génant lors des longues pluies.
    Toutes les applications possibles et de tout pays sont disponibles sous Android

Pour le prix (230€), les XPeria sont des bons choix.

Needed

Here Maps: Des cartes gratuites sans data dans beaucoup de pays.
La recherche de lieu s’est fortement améliorée et se rapproche de Google Maps. Un must.

OsmAnd: Cartes basée sur openStreet Maps.
C’est un complément intéressant à Here, ou un remplaçant dans des pays ou Here n’est pas disponible (Japon, Laos, …). Plus de petits chemins perdus, mais moins de lieux trouvables.

GPX Viewer: Suivi de traces GPX
Simple et efficace pour suivre une trace GPS. Vous pouvez bloquer la data pour ne pas télécharger le fond de carte, qui n’est de toute façon pas nécessaire.